Implanon®

 

Qu'est-ce que c'est et comment l'utiliser ?

Implanon est un contraceptif que le médecin introduit (implante) directement sous la peau. Implanon se compose d’un petit bâtonnet synthétique, non biodégradable, semi-dur (longueur 4 cm; diamètre 2 mm). Le principe actif contenu dans ce bâtonnet est l’étonogestrel, une hormone sexuelle féminine qui fait partie de la classe des progestatifs. Après l’implantation, Implanon libère de très faibles quantités d’étonogestrel dans la circulation sanguine, de façon lente et continue, exerçant ainsi son effet contraceptif. Ce dernier repose d’une part sur une inhibition de l’ovulation et d’autre part sur un épaississement de la glaire du col utérin, ce qui rend plus difficile l’ascension des spermatozoïdes dans l’utérus.

On a signalé quelques rares cas de grossesse non désirée; dans la majorité de ces cas, le bâtonnet Implanon n’avait pas été implanté correctement ou même n’avait pas été implanté du tout.

Implanon peut être retiré à tout moment. Toutefois, il faut le retirer au plus tard trois ans après l’implantation et éventuellement le remplacer par un nouvel implant. Chez les femmes de poids corporel important, le remplacement de l’implant peut s’avérer nécessaire avant ce délai. Après le retrait d’Implanon, le cycle menstruel normal et, donc, la fertilité se rétablissent rapidement, généralement en l’espace d’un mois.

Que devez-vous prendre en considération avant de l'utiliser ?

Implanon ne protège pas contre une infection par le VIH (sida) ou contre d’autres maladies sexuellement transmissibles.

Avant l’implantation d’Implanon, votre médecin étudiera soigneusement vos antécédents personnels et familiaux (c’est-à-dire vos maladies personnelles et celles de votre famille) et pratiquera un examen général et gynécologique. Il faut exclure l’éventualité d’une grossesse.

Votre médecin vous incitera à vous soumettre régulièrement à des examens de contrôle pendant l’utilisation d’Implanon.

Votre médecin déterminera si vous pouvez utiliser Implanon ou si vous ne devez pas l’utiliser, pour des raisons médicales.

Il ne faut pas utiliser Implanon dans les situations suivantes: grossesse suspectée ou certaine, hémorragies vaginales anormales d’origine indéterminée, hypersensibilité connue ou suspectée à l’un des composants d’Implanon, présence de caillots de sang (thrombose, embolie) par exemple dans les jambes ou les poumons, maladies graves du foie (par exemple coloration jaune de la peau et des yeux [jaunisse] ou démangeaisons intenses), en cas de tumeur du foie et de cancer dépendant des hormones sexuelles.


Si vous souffrez actuellement ou avez souffert par le passé de l’une des maladies indiquées ci-dessous, informez-en votre médecin, étant donné que dans ces cas Implanon doit être utilisé avec prudence. Votre médecin vous donnera toutes les informations à ce propos:

Chez les femmes qui utilisent des contraceptifs hormonaux, le risque de formation de caillots dans les veines et les artères (maladies thromboemboliques veineuses et artérielles) est accru. Ces caillots peuvent parfois provoquer des complications sérieuses. Par exemple, la formation d’un caillot dans les jambes peut provoquer une thrombose veineuse profonde ou aboutir à une embolie pulmonaire, un accident vasculaire cérébral ou un infarctus du myocarde. L’augmentation du risque de telles thromboses ou embolies est établie lors de l’utilisation de contraceptifs hormonaux combinés contenant des estrogènes et des progestatifs. On ignore quel est le risque avec un contraceptif purement progestatif tel qu’Implanon. Si vous constatez des signes évocateurs d’une thrombose, par exemple vives douleurs ou gonflement dans une seule jambe, douleurs inexpliquées dans la cage thoracique, gêne respiratoire, toux inhabituelle, surtout si elle s’accompagne de crachats sanglants, vous devez immédiatement consulter votre médecin (voir aussi le paragraphe «Consultez immédiatement votre médecin si…»).

Le risque de cancer du sein est légèrement plus élevé chez les femmes qui prennent un contraceptif hormonal contenant une association estro-progestative (la pilule) que chez les femmes qui ne prennent pas la pilule. Ce risque légèrement accru revient à sa valeur initiale en l’espace d’une dizaine d’années après l’arrêt de la prise de la pilule. On ignore si la différence de fréquence est due à la pilule. Il se peut que ces femmes soient tout simplement plus soigneusement et plus souvent examinées, de sorte que le cancer du sein est découvert plus précocement. Les données concernant Implanon sont insuffisantes pour que l’on puisse se prononcer précisément à propos du risque de cancer du sein.

Apparition ou aggravation des phénomènes suivants pendant une grossesse antérieure ou pendant un traitement hormonal précédent: coloration jaune de la peau et des yeux (jaunisse) ou démangeaisons intenses; calculs biliaires; porphyrie (une perturbation métabolique du foie); lupus érythémateux disséminé (en abrégé LED; il s’agit d’une maladie auto-immune qui touche de nombreux organes du corps); syndrome hémolytique et urémique (une anomalie particulière du sang qui provoque une insuffisance rénale); chorée (une maladie neurologique); herpès pendant la grossesse (éruption cutanée due à des virus herpétiques et constituée de petites vésicules); dégradation de l’audition (otosclérose).

On peut parfois noter un chloasma (taches de grossesse, jaune clair à brun foncé, siégeant surtout sur le visage), en particulier chez les femmes qui ont déjà présenté un tel phénomène pendant une grossesse antérieure ou un traitement hormonal précédent. Si tel est votre cas, vous devez éviter de vous exposer au rayonnement solaire naturel et aux rayons ultraviolets.

Diabète: Implanon peut influer sur le métabolisme glucidique.

Hypertension artérielle: La pression artérielle peut augmenter pendant l’utilisation d’Implanon.

Augmentation des taux sanguins de graisses.

Lors de l’utilisation de contraceptifs hormonaux faiblement dosés tels qu’Implanon, les ovules contenus dans les ovaires peuvent se développer et se transformer en follicules plus volumineux que lors d’un cycle normal. On les appelle alors des «kystes de l’ovaire». Ces derniers disparaissent généralement spontanément. Ils peuvent parfois provoquer des douleurs dans le bas-ventre. Il est rare qu’ils occasionnent des complications graves.

Pendant l’utilisation d’Implanon, on peut noter des irrégularités des règles (augmentation de la fréquence ou de la durée des hémorragies) ou une disparition totale des règles. Cela ne signifie pas qu’Implanon ne vous convient pas ou n’exerce pas son effet contraceptif. Dans ces situations, il n’y a généralement aucune mesure particulière à prendre. Toutefois, en cas d’hémorragie très intense ou très prolongée, vous devez consulter votre médecin.

Excès de poids: En cas d’excès de poids, il se peut que l’efficacité d’Implanon soit diminuée pendant la troisième année d’utilisation.

Consultez immédiatement votre médecin si

il apparaît une modification quelconque de votre état de santé, en particulier les phénomènes décrits dans cette notice (voir aussi «Quand Implanon ne doit-il pas être utilisé?» et «Quelles sont les précautions à observer lors de l’utilisation d’Implanon?»). N’oubliez pas les événements survenus dans votre entourage familial proche:

vous présentez brutalement de violentes douleurs abdominales ou une jaunisse (ce qui pourrait traduire des troubles hépatiques ou des calculs biliaires);

vous sentez un nodule dans le sein;

vous éprouvez une douleur brutale ou violente ou une sensibilité à la pression dans le bas-ventre ou dans la région de l’estomac (cela pourrait indiquer une grossesse extra-utérine ou un kyste de l’ovaire [= petites vésicules remplies de liquide]);

vous pensez que vous êtes peut-être enceinte;

vous constatez des signes évocateurs d’une thrombose (par exemple vives douleurs ou gonflement d’une seule jambe, douleurs inexpliquées dans la cage thoracique, gêne respiratoire, toux inhabituelle, surtout si elle s’accompagne de crachats sanglants;

une migraine se manifeste pour la première fois, une migraine préexistante s’aggrave ou des maux de tête d’intensité inhabituelle surviennent souvent;

des troubles de la vision, de l’audition ou du langage ou d’autres troubles sensoriels apparaissent brusquement;

des crises d’épilepsie s’aggravent;

des hémorragies vaginales intenses, inhabituelles apparaissent (ce symptôme peut traduire un cancer de l’utérus);

une opération est prévue (retirer l’implant au moins 4 semaines avant) ou en cas d’alitement ou de réduction de la mobilité suite à un accident ou une opération;

vous présentez une importante élévation de la pression artérielle (confirmée par des mesures répétées);

des réactions d’hypersensibilité se manifestent.

Interactions avec d’autres médicaments

Divers médicaments peuvent perturber l’effet contraceptif d’Implanon: par exemple des antiépileptiques (phénobarbital, phénytoïne, carbamazépine, oxcarbazépine, topiramate, felbamate, primidone), des antituberculeux (rifampicine), des médicaments utilisés pour combattre les infections provoquées par des champignons (griséofulvine), des médicaments contre le VIH (par exemple ritonavir, nelfinavir) ainsi que les préparations de millepertuis (Hype­ricum) utilisées contre les dépressions.

Implanon peut également perturber l’effet d’autres médicaments.

Vous devez toujours signaler au médecin (ou au dentiste) les médicaments ou produits végétaux que vous utilisez.

Si vous utilisez pendant une courte durée l’un des médicaments susmentionnés, vous devez employer des méthodes contraceptives complémentaires non hormonales, par exemple des préservatifs, pendant le traitement par le médicament en question et pendant les 28 jours qui suivent la fin du traitement en question.

En cas d’utilisation prolongée de l’un des médicaments susmentionnés, il se peut que le médecin vous recommande de retirer Implanon.

Influence sur l’aptitude à la conduite automobile et à l’utilisation de machines

Il est peu probable qu’Implanon affecte l’aptitude à la conduite automobile et à l’utilisation d’outils et de machines.

Veuillez informez votre médecin ou votre pharmacien si vous souffrez d’une autre maladie, vous êtes allergique ou vous prenez déjà d’autres médicaments en usage interne ou externe (même en automédication!).


Il ne faut pas utiliser Implanon pendant la grossesse ou en cas de suspicion de grossesse. Avant l’utilisation d’Implanon, il faut formellement exclure l’éventualité d’une grossesse.

Implanon n’a pas d’influence néfaste sur la quantité ou la qualité du lait maternel, mais de faibles quantités du principe actif d’Implanon passent dans le lait maternel. Il n’en résulte aucun risque connu pour la santé de l’enfant allaité. Le médecin peut utiliser Implanon pendant l’allaitement. Dans ce cas, il faut soigneusement surveiller le développement et la croissance de l’enfant.

Comment l'utiliser ?

Implanon doit toujours être implanté ou retiré par un médecin connaissant bien le mode d’emploi du médicament.

C’est votre médecin qui fixera la date de mise en place (implantation) d’Implanon. Celle-ci dépend de votre cycle menstruel et de la méthode contraceptive que vous utilisez actuellement.

Pour exclure l’éventualité d’une grossesse, il faut implanter Implanon entre le premier et le cinquième jour de vos règles normales. En cas de doute, demandez à votre médecin. Implanon est inséré directement sous la peau, à la face interne du bras non dominant (c’est-à-dire du bras gauche chez les droitières). L’implantation d’Implanon est effectuée sous anesthésie locale et fait le même effet qu’une prise de sang.

Il faut retirer Implanon au plus tard 3 ans après l’implantation et, le cas échéant, le remplacer par un nouvel implant. On peut cependant aussi le retirer plus tôt, à tout moment (par ex. chez les femmes de poids corporel important, après entente avec le médecin). Le retrait et le remplacement d’Implanon sont également effectués sous anesthésie locale. Il peut arriver que l’implant se soit déplacé légèrement de son site d’implantation initial. Cela peut rendre son retrait plus difficile et exiger une intervention chirurgicale.

Après le retrait d’Implanon, vous devez commencer à utiliser une autre méthode contraceptive fiable dès le lendemain si vous ne souhaitez pas de grossesse. Si vous souhaitez une grossesse, il faut attendre la survenue de règles spontanées.

Votre médecin vous remettra une carte d’utilisatrice mentionnant les informations suivantes: date d’implantation; date limite de retrait d’Implanon; nom du médecin qui a implanté Implanon; bras dans lequel Implanon a été implanté; numéro de lot du médicament.

Lors de l’implantation, votre médecin et vous-même contrôlerez si le bâtonnet Implanon se trouve vraiment dans le bras. Dans de rares cas, le médecin est obligé de recourir à des examens (échographie, IRM ou prise de sang) pour effectuer cette vérification. Tant qu’il n’est pas confirmé que l’implantation a été correctement effectuée, vous devez utiliser une méthode contraceptive supplémentaire, non hormonale (par exemple préservatif).

Si vous souhaitez remplacer le bâtonnet Implanon, un nouvel implant peut être inséré immédiatement après le retrait de l’implant précédent. Le nouvel implant peut être placé dans le même bras. Votre médecin vous conseillera.

Quels sont les effets secondaires possibles ?

Lors de l’utilisation d’Implanon, les effets indésirables suivants sont possibles:

Très fréquents: Acné, maux de tête, prise de poids, sensation de tension et de douleur dans les seins, infection vaginale, irrégularité des règles.

Fréquent: Fluctuations de l’humeur, humeur dépressive, nervosité, diminution de la libido, vertiges, perte d’appétit, douleurs abdominales, nausées, ballonnement intestinal, chute des cheveux, règles douloureuses (dysménorrhée), apparition de petites vésicules remplies de liquide dans les ovaires (= kystes), symptômes de type grippal, bouffées de chaleur, perte de poids, douleurs, fatigue, douleurs et réactions au site d’implantation.

Occasionnel: Anxiété, troubles du sommeil, fatigue, migraine, inflammation de la muqueuse de la gorge, rhume, diarrhée, constipation, vomissements, éruption cutanée, démangeaisons, démangeaisons dans la région génitale, réactions allergiques, augmentation de la pilosité du corps, douleurs lombaires, douleurs articulaires, musculaires et osseuses, infections urinaires, douleurs en urinant, augmentation du volume des seins, écoulement mammaire, écoulement vaginal, douleurs dans le bas-ventre, fièvre, accumulation de liquide dans les tissus.

Rarement, on a aussi observé une augmentation de la pression artérielle. Une urticaire (par ex. aggravation d’une urticaire préexistante ou congénitale) et un gonflement des lèvres, de la langue ou de la gorge peuvent survenir dans de rares cas. Pendant l’implantation ou le retrait d’Implanon, on peut noter un hématome et, rarement, des douleurs, des démangeaisons ou une infection. Occasionnellement, il peut se former une enveloppe de tissu conjonctif, une cicatrice ou un abcès au niveau du site d’implantation. Une sensation d’engourdissement ou d’insensibilité (ou une perte de la sensibilité) est possible.

Si l’implant n’a pas été implanté correctement, il risque d’être expulsé.

Lors du retrait d’Implanon, une petite intervention chirurgicale pourrait s’avérer nécessaire.

On peut aussi noter les effets indésirables décrits à la rubrique «Quelles sont les précautions à observer lors de l‘utilisation d’Implanon?».

Consultez votre médecin ou votre pharmacien si vous êtes gênée par l’un de ces effets secondaires ou si un tel effet persiste, de même que si vous éprouvez des effets secondaires qui ne sont pas mentionnés ici.

Comment le produit doit-il être stocké ?

Pour de plus amples renseignements, consultez votre médecin ou votre pharmacien. Ces personnes disposent de l’information détaillée destinée aux professionnels.

Informations complémentaires

En pharmacie, uniquement sur ordonnance médicale.

La boîte contient 1 implant, placé dans la canule d’un applicateur à usage unique.