Zoldorm®

 

Qu'est-ce que c'est et comment l'utiliser ?

Zoldorm est un somnifère utilisé dans diverses formes d’insomnies sévères, en particulier lors de difficultés d’endormissement, d’interruption du sommeil ainsi que lors de réveils précoces.

Bien que Zoldorm appartienne à une autre classe de substances chimiques, son mode d’action a des points communs avec celui d’un autre groupe de substances appelées benzodiazépines.

Il ne peut être utilisé que sur prescription médicale.

Que devez-vous prendre en considération avant de l'utiliser ?

Zoldorm ne doit être employé qu’en cas de troubles prononcés du sommeil et pendant une brève période, en général 7 à 10 jours. Le traitement ne devrait pas dépasser 4 semaines. Si le médecin devait exceptionnellement envisager un traitement de plus longue durée, il discutera avec vous la possibilité de continuer la thérapie; une telle prolongation nécessitera un contrôle régulier par la suite.

Il est par ailleurs utile de respecter les quelques règles d’hygiène du sommeil suivantes:

limiter le temps passé au lit; 8 heures suffisent,

éviter de dormir pendant la journée,

avoir des heures régulières de coucher et de lever,

éviter l’ingestion de boissons stimulantes: thé, café,

modérer la consommation d’alcool.

Zoldorm ne doit pas être utilisé dans les cas suivants:

syndrome d’apnée du sommeil (troubles de la régulation respiratoire avec arrêts de respiration nocturnes), insuffisance respiratoire grave, tendance excessive à la fatigue musculaire (myasthénie grave), insuffisance hépatique sévère (graves troubles du foie), allergie à l’un des composants, intolérance au lactose.


Bien que sans parenté chimique avec les benzodiazépines, le mode d’action du Zoldorm a des points communs avec celui de ces substances, c’est pourquoi il faut rappeler que:

Risque de dépendance

La prise de Zoldorm peut – comme pour tous les somnifères – conduire à une dépendance. Celle-ci se manifeste surtout lors d’une prise ininterrompue pendant une période prolongée (dans certains cas déjà après quelques semaines), ainsi que chez les personnes ayant déjà souffert de troubles psychiatriques, de dépendance alcoolique ou de toxicomanie, et entraîne, en cas d’interruption brusque de la prise du médicament, des symptômes de sevrage.

De l’agitation, des angoisses, insomnies, troubles de la concentration, maux de tête et accès de transpiration peuvent se manifester. Ces signes disparaissent généralement après 2 à 3 semaines.

Afin de diminuer le plus possible le risque de survenue d’une dépendance, veuillez vous conformer aux recommandations suivantes:

ne prenez Zoldorm que sur ordonnance médicale (jamais sur le conseil d’une tierce personne!) et ne le donnez jamais à autrui;

n’augmentez en aucun cas la dose prescrite par le médecin. Veuillez informer votre médecin si vous désirez arrêter la prise du médicament;

une prise prolongée (généralement plus de 4 semaines) ne peut avoir lieu que sous étroite surveillance médicale.

Chez le sujet âgé, le traitement nécessite un contrôle médical étroit.

Dans certaines maladies particulières (insuffisance respiratoire, hépatique, rénale), il peut être nécessaire d’adapter la posologie. L’effet de ce médicament ou ses effets secondaires peuvent être plus prononcés chez ces patients.

Enfants et adolescents: ne pas utiliser au-dessous de 18 ans, car l’expérience dans cette classe d’âge est limitée.

L’attention des conducteurs de véhicules et des utilisateurs de machines doit être attirée sur un éventuel risque de somnolence. Une nuit complète de sommeil (7–8 heures) est recommandée afin de réduire ce risque.

La survenue de tout effet anormal en cours de traitement doit être signalée immédiatement au médecin traitant.

Il est déconseillé d’absorber du Zoldorm avec de l’alcool, ce dernier pouvant augmenter l’effet du médicament.

D’autres sédatifs comme les médicaments contre la dépression, les calmants, d’autres somnifères, les médicaments contre l’épilepsie ou des antidouleurs comme les opiacés, peuvent renforcer l’effet du Zoldorm de manière prononcée. Si vous souffrez de dépression ou d’autres troubles du comportement, vous ne devez pas prendre Zoldorm sans l’accord exprès de votre médecin.

Des cas de personnes qui, après avoir pris Zoldorm ou un médicament similaire, accomplissaient des actes pendant leur sommeil (somnambulisme) ou en n’étant pas complètement réveillés et ne s’en rappelaient pas, ont été rapportés. Les comportements observés comprenaient le somnambulisme en conduisant, en préparant des repas, en mangeant, en téléphonant ou pendant des rapports sexuels, ainsi que des cas isolés de comportement d’automutilation. La prise d’alcool et d’autres médicaments du système nerveux central en association avec Zoldorm semble augmenter le risque de tels comportements. Si vous présentez de tels comportements, arrêtez le traitement et avertissez votre médecin.

Veuillez informer votre médecin ou votre pharmacien si vous souffrez d’une autre maladie, vous êtes allergique ou vous prenez déjà d’autres médicaments en usage interne ou externe (même en automédication!).


Grossesse: Par mesure de prudence, Zoldorm ne doit pas être utilisé pendant la grossesse, étant donné qu’on ne dispose pas d’une expérience suffisante.

Allaitement: En cas d’allaitement, Zoldorm ne doit pas être utilisé, étant donné qu’on ne dispose pas d’une expérience suffisante.

Comment l'utiliser ?

Conformez-vous à la prescription de votre médecin.

La posologie usuelle est d’un comprimé pelliculé à 10 mg à prendre le soir immédiatement avant le coucher ou lorsque l’on est déjà au lit.

En règle générale, prenez toujours la plus petite dose efficace, ceci pendant une période aussi brève que possible.

Si vous avez plus de 65 ans, le médecin vous prescrira en général un demi-comprimé pelliculé pour commencer. Il convient de ne pas dépasser la posologie de 1 comprimé pelliculé à 10 mg. Ce comprimé pelliculé doit être pris immédiatement avant le coucher.

Ne changez pas de votre propre chef le dosage prescrit. Adressez-vous à votre médecin ou à votre pharmacien si vous estimez que l’efficacité du médicament est trop faible ou au contraire trop forte.

Quels sont les effets secondaires possibles ?

Les effets indésirables dépendent de la dose absorbée et de votre sensibilité individuelle, particulièrement si vous êtes d’un âge avancé.

Ces effets apparaissent le plus souvent dans l’heure qui suit la prise, si vous ne vous couchez pas et ne vous endormez pas immédiatement (cf. «Comment utiliser Zoldorm?»). Ils peuvent aussi apparaître le lendemain au réveil.

La prise ou l’utilisation de Zoldorm peut provoquer les effets secondaires suivants:

Les plus fréquemment observés sont: hallucinations, agitation, cauchemars, somnolence durant la journée, fatigue, maux de tête, vertiges, aggravation de l’insomnie, troubles de la mémoire, diarrhée, nausées, vomissements, douleurs abdominales.

Les troubles de la mémoire sont plus fréquents si vous êtes réveillé alors que vous êtes encore sous l’effet du médicament. Il se peut alors que vous ne puissiez plus vous rappeler plus tard des événements survenus dans cette période.

Des effets tels que confusion, irritabilité et vue double peuvent aussi apparaître occasionnellement.

De rares cas de troubles de la fonction du foie, de jaunisse ou d’inflammation du foie ont été rapportés.

En cas d’apparition de l’un de ces symptômes, prévenez immédiatement votre médecin.

Si vous remarquez d’autres effets secondaires, veuillez en informer votre médecin ou votre pharmacien.

Comment le produit doit-il être stocké ?

Le médicament ne doit pas être utilisé au-delà de la date figurant après la mention «EXP» sur le récipient.

Conserver le médicament dans l’emballage original, à température ambiante (15–25 °C) et hors de la portée des enfants.

Pour de plus amples renseignements, consultez votre médecin ou votre pharmacien, qui disposent d’une information détaillée destinée aux professionnels.

Informations complémentaires

En pharmacie, sur ordonnance médicale.

Emballages de 10 et 30 comprimés pelliculés sécables.